Organiser sa transition professionnelle

par | 8 Mar 2016 | Réflexions

Ce samedi 5 mars s’est tenu à Grasse une réunion Colibris. La matinée était réservée aux participants du MOOC actuellement en cours. J’ai eu la chance de rencontrer (de revoir pour certains) des personnes fantastiques, et de partager mon expérience via un atelier que j’ai proposé: comment organiser sa transition professionnelle en vue d’intégrer une oasis ?

Je découvre tardivement les joies de l’écriture collaborative via Framapad, qui m’a permis de compléter les notes déjà prises par Alison (un énorme merci à elle). Bonne lecture:

 

S’il faut retenir quelques chose de mon intervention c’est « N’ayez pas peur, tout est possible ». À partir du moment où vous avez pu écrire, dessiner, penser une idée, alors il doit y avoir un moyen de la réaliser. Ne laisser personne vous dire que c’est impossible, surtout quand vous pensez avoir trouvé « la potion magique », un nouveau produit, mode de consommation, de vie … = les gens n’y sont pas habitués et risquent d’y être réfractaires avant de l’adopter en masse. Prenez l’exemple du covoiturage, marginal il n’y a de cela que 10 ans, et aujourd’hui dans le quotidien et l’inconscient collectif français. Attention bien sûr, cela ne va pas sans mesurer les risques avant toute tentative, ce que vous pouvez potentiellement perdre, les menaces autour de votre projet, et les faiblesses inhérentes à ce dernier. Si vous souhaitez lancer une maison d’hôtes par exemple, cela passe par une sérieuse étude de marché.
==> Dans tous les cas n’ayez pas peur du changement, vous n’êtes pas seul, des millions de gens en même temps autour du globe éprouvent ce même besoin de société plus éthique.

 

À mes yeux il est primordial de savoir s’entourer d’un environnement positif et optimiste ! Les gens négatifs sont dangereux pour le mental, mais ils peuvent vous faire penser à des contraintes que vous n’aviez pas en tête au départ. Ils sont aussi un moyen de mesurer votre avancée vers le nouveau monde: plus vous vous sentez loin d’eux, plus il semble que vous soyez en chemin vers autre chose. Ce grand écart est parfois source de petits signes dépressifs, je NE prône PAS le communautarisme, bien au contraire. Les humains sont une unité et non des groupes opposés, c’est cette « désappartenance sociale » (cette transition encore une fois), le sentiment non naturel qu’on ne fait plus société qui justement cause, tout autant que les pessimistes, ces petits signes dépressifs. Considérez de la même façon les gens qui vous encouragent et ceux qui vous freinent. À priori nous finirons tous par changer, nous ne le ferons pas en même temps, nous ne partirons pas du même point, et nous n’arriverons pas au même endroit, mais les routes seront sans doutes similaires. Une balance 75% optimistes – 25% pessimistes peut être intéressante, ce n’est bien sûr qu’un indicateur.

 

Il est essentiel aussi d’échanger ! Soyez ouvert, n’ayez pas peur de partager … c’est là tout l’intérêt des forums, réunions Colibris…
==> Échanger pour découvrir des gens proches de vos valeurs, de votre raison d’être. 3 domaines reviennent principalement dans les projets d’Oasis: l’école alternative, la permaculture et le tourisme. À moins que votre enfant soit l’unique de votre propre classe ou que vous ne mangiez que des carottes et des tomates car nous n’avez pas assez de temps pour le reste, il doit forcément être possible de trouver des ponts entre vos projets ! Ensemble, aller plus vite et plus loin.

 

Pour ce qui est de la transition, concrètement:

  • Avant toutes choses, tout comme pour votre projet, prévoir un rétro-planning. Projetez vous dans 6 mois, 1 an, où serez-vous, quels objectifs professionnels vous souhaiteriez atteindre …
  • Le mi-temps peut être une solution idéale afin de consacrer un peu plus de temps à la création de son futur projet.
  • Idem pour l’intérim
  • L’auto-entreprise également (aménager ses propres horaires )  + tester vos idées entrepreneuriales avec une structure légère qui se monte en une journée et vous permet de garder un statut salarié, chômeur …
  • Envisager de créer une « mutuelle » entre famille / proches. 10 à 15 est un bon nombre, en dessous, pas assez de membres, au dessus, ça devient compliqué à gérer. Cette mutuelle permet de gérer la transition de tous. On ne la réalise pas en même temps mais les uns après les autres, en étant soutenu moralement et financièrement par ses proches. Quand on a virtuellement des compte à rendre à des gens qui nous font confiance, on avance forcément plus vite.
  • Le revenu minimum inconditionnel est une super idée, en attendant son application chez nous, il existe un site allemand que l’on ferait bien de traduire / adapter en français. Il s’agit de https://www.mein-grundeinkommen.de , si quelqu’un en lisant ça s’en charge, qu’il me le dise sur via le formulaire de contact. Ce n’est pas dans ma prio actuelle mais ça finira par le devenir. Le principe est simple, c’est une intermédiaire entre des donateurs, et des bénéficiaires d’un revenu minimum inconditionnel de 1000€ pendant 12 mois. Les premiers donnent librement, ils sont plus de 38000 aujourd’hui, les seconds s’inscrivent, présentent leurs projets et sont tirés au sort dès que le financement d’un nouveau revenu est dispo. Le site a déjà réussi à en financer 34.
  • Compter sur tout ce que le capitalisme a contribué à détériorer:
  • L’intergénérationnel, notamment concernant l’habitat;
  • L’enracinement à une région: les gens faisant d’autant plus confiance à un « enfant du pays », qui connait le secteur / le marché / l’environnement mieux que quiconque;
  • Ou l’inverse: l’immigration volontaire, qui apporte une vision fraîche à une région sclérosée, une idée qui a fait ses preuves ailleurs et qui n’existe pas là où vous êtes. Mais attention à être sûr de pouvoir vous acclimater à votre nouvelle région.
  • La proximité avec vos voisins, n’hésitez pas à leur sourire, leur poser des « questions malicieuses » en fixant des objectifs / rendez-vous clairs: « Ah c’est super ! Vous m’apprendriez à faire la même chose ? ce week-end on dit ? » vous verrez que les réponses sont plus souvent positives qu’on ne le croit.

==> Tout ce que je dis là paraît simple, avec le temps on n’y pense même plus. Ces comportements élémentaires sont le départ de tout projet, de toutes équipes.

==> N’ayez plus peur de votre position sociale et du « qu’en dira-t-on », dans le nouveau monde ce n’est plus censé être d’actualité. Le niveau d’empathie à l’égard de vos semblables et votre taux de bonheur me semblent autrement plus importants.

==> Ne restez pas enfermé dans un boulot que vous n’aimez pas, ne subissez plus la précarité et la flexibilité mais utilisez les comme un atout pour aménager votre temps entre travail rémunéré et bénévole pour votre transition.

 

Forcément une transition professionnelle implique la plupart du temps une réduction des revenus. Revoir son mode de vie s’avère alors très commode. Quels son nos besoins ? Peut on s’affranchir de consommations superflues ? Il existe beaucoup de moyens de réduire ses dépenses:

  • Autonomie alimentaire
  • Autonomie énergétique
  • Regrouper les moyens, les savoirs et savoir-faire afin d’économiser d’avantage.
  • Habitat participatif
  • Association de consommateurs, négociant des bon plans groupés, où vous les indiquant (là aussi, attention à
    ne pas tomber dans l’autre extrême: la surconsommation sous prétexte qu’on est persuadé de faire une bonne affaire)
  • Magazines, site web et asso du vivre autrement, de l’ESS (Ressources (dans le 06) , Colibri, Fil d’Argent, Alternatiba …) qui vous présentent de nouveaux systèmes comme les AMAP par exemple, les jardins partagés, le Service d’Échange Local (SEL) …

==> Pensez au fait que votre projet d’Oasis devrait générer des revenus ou des substituts. Quand on parle d’autonomie alimentaire ou énergétique, si vous n’avez plus ces factures à payer, c’est autant d’argent que vous n’avez plus besoin de gagner. Si vous louez une yourte dans votre jardin dans les Alpes Maritimes, il y a fort à parier qu’elle affiche complet 4 mois d’été si votre communication est efficace. Un revenu donc.

 

Dans tous les cas, pensez que c’est votre mode de vie que vous voulez revoir, pas forcément votre job si il vous plait. Ainsi, pensez à:

  • Changer de patron. Un banquier chez BNP ou à la NEF n’a plus grand chose à voir.
  • Changer de produit. Vous êtes agent immobilier: faire une commission outrancière sur une transaction lambda, ou toucher une marge honnête parce que vous avez aidé des acteurs en difficulté sociale à se mettre en coloc’ n’a plus grand chose à voir.
  • Réinventer votre environnement métier, la chaîne de production: être patron de supermarché en vendant du poison tout en écrasant vos fournisseurs, ou être patron de magasin bio, travailler avec le moins d’intermédiaires possibles, payer vos fournisseurs au coût réel de leurs productions, ça n’a définitivement plus rien à voir.

 

Le financement

Le co-investissement locatif, éthique et social. C’est une sorte de « charte confiance » entre un( ou plusieurs )porteurs de projets et un ( ou plusieurs ) propriétaires.
« Devenez nos propriétaires » ==> le détail se trouve ici sur notre site.

 

Merci Alison, super boulot ! 😉 J’ai ajouté quelques précisions, dont beaucoup de choses que je n’ai pas évoqué le jour J. À noter en plus du site AlterAzur.com:

  • J’ai aussi un bouquin en cours d’écriture, ralenti faute d’y être à plein temps, qui reprendra le descriptif complet d’Alter Azur, ma modeste vision de la société dans sa globalité et des éléments tels que ce que j’ai dis là.
  • Nous lançons aussi des ateliers de co-working ouverts à tous. On ne parle pas d’argent mais d’échanges, du mutualisation des compétences: venez nous aider à développer Alter Azur et nous mettons nos savoirs faire au service de votre projet, votre transition, nous trouvons avec vous les meilleures façons de vous accompagner.

Suivez-nous

100 idées pour nous aider #3, likez et suivez nos pages sur:

Soutenez Alter Azur

100 idées pour nous aider #1
En donnant / adhérant à Alter Azur, vous participez à des projets concrets, à côté de chez vous (give box, jardins pédagogiques…), vous créez des emplois locaux (Agence de Com' Sociale et Solidaire, weAGO!RA…), vous développez des éco-lieux éthiques et durables (Maison de la transition, éco-village Ré-évolution), vous aidez au fonctionnement du collectif citoyen (site web, évènements…)… Votre don / adhésion est défiscalisé, vous choisissez ce que finance vos impôts. Tout le monde peut proposer des idées, prendre part à notre gouvernance, avoir accès à nos comptes, rencontrer des humains fantastiques et leurs projets. Prêt ?

Don / Adhésion

Partagez Alter Azur

100 idées pour nous aider #4, parlez en autour de vous, sur les réseaux sociaux:

facebook  twitter  googleplus  linkedin  pinterest  tumblr  blogger email

Alter Azur construit le nouveau monde !

Alter Azur construit le nouveau monde !

Alter Azur est vivant, le projet se précise et les pages se réécrivent en permanence. Certains détails ici présents peuvent ne pas être à jour. Restez au courant de nos avancées en vous abonnant à notre newsletter.

Félicitations ! Votre souscription est confirmée !