Le projet Alter Azur

Le mouvement citoyen Alter Azur crée des structures indépendantes telles que des collectifs citoyens, des acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS), des éco-lieux, et construit avec ces structures un système alternatif auto-suffisant.

Notre philosophie est le fondement même de ce projet.

Les projets vous présenteront ce que l’on fait sur le terrain.

Alter Azur ?

Une alternative de société, plus durable et éthique, complète et concrète pour la Côte et les Alpes d’Azur. Une oasis d’idées positives où chacun peut amener les siennes, les laisser murir, les porter ou demander de l’aide pour les réaliser. À la page philosophie, nous expliquons le « pourquoi » de notre création, ici nous allons parler de notre plan d’action global.

 

Décryptage de l’objet Alter Azur

⇒ Le mouvement citoyen Alter Azur initie et met en synergie des actions citoyennes bénéfiques pour la société, au sein d’un écosystème autonome et indépendant, sur un territoire pilote (environ les Alpes Maritimes), en vue d’expérimenter un modèle sociétal durable et éthique, capable d’assurer la Transition écologique et sociale, réutilisable librement, partout et à plus grande échelle.
⇒ L’association crée, participe ou favorise notamment des structures indépendantes telles que des collectifs citoyens, des acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS), des éco-lieux, écrit avec ces structures cet écosystème alternatif auto-suffisant.

 

Mouvement citoyen

Alter Azur est une entité complètement indépendante, gérée par les citoyens, pour les citoyens, dans le cadre de l’intérêt général. Nous élaborons ensemble des stratégies de Transitions pour les appliquer sur le terrain.

 

Initie et met en synergie

Tous les projets présents ici, mais aussi ceux auxquels nous collaborons avec d’autres collectifs sont inter-connectés les uns aux autres, pour démultiplier leur impact, appliquer le concept d’économie circulaire à une multitude d’acteurs, faire acte de société. Un nouveau projet = une nouvelle structure. Un spécialiste qui ne fait qu’une seule chose sera toujours plus simple à lire pour le grand public.

 

Écosystème indépendant

Avec cette interconnexion et ces structures nous créons un écosystème le plus autonome (alimentation, énergie, économie…) et indépendant possible (essentiellement grâce au financement participatif citoyen, le plus hors d’atteinte d’une quelconque récupération). L’objectif est de faire face aux crises environnementale et énergétique, sans panique ou fatalisme, mais avec pragmatisme et optimisme.

 

Territoire pilote

À peu près les Alpes Maritimes et ses bordures, plus quelques « satellites » quand on ne sait pas produire quelque chose d’essentiel ici. « Pilote » car l’expérimentation est « open source »: n’importe qui peut y participer et s’approprier nos concepts pour les reproduire ailleurs. Le but est de faire local, en circuit court, sans entraver les chances de nos voisins de faire de même.

 

Modèle sociétal

Nous séparons cette notion de l’écosystème. Le modèle est une expérimentation, il peut échouer, devra alors être remanié. L’écosystème sera lui immuable. Pour faire simple, l’écosystème est un pays, le modèle sociétal est sa constitution, les activités sont les agents économiques, les citoyens décident de la conduite de l’ensemble.

 

Transition écologique et sociale

Au sens large de Rob Hobkins (énergie, alimentation, éducation, humaine…) et des penseurs originaux de la permaculture, et même plus car nous sommes conscients d’être dans un système englobant inévitablement ce que nous créons, que tôt ou tard une « point de friction » existe, et qu’il s’appelle politique. Sans forcément nous engager pour le moment dans une campagne (qui devrait être apartisane selon nos principes), notre action inclue un « lobbying positif », pour favoriser l’adoption par les maires d’habitats participatifs sur leurs territoires par exemple.

 

Réutilisable librement, partout

« Open source » avons-nous dit, mais dans un principe d’économie finie, nous ne ferons pas « à la place de », pas sur le territoire des autres. Notre but est d’inspirer les peuples du monde entier, comme Ungersheim par exemple, que les individus puissent se servir ici pour construire là bas. Nous apporterons volontiers autant d’appui que possible à ces citoyens.

 

À plus grande échelle

L’objectif de notre expérimentation est de démontrer qu’elle pourrait être appliquée à plus grande échelle et fonctionner tout autant, selon un principe de subsidiarité ascendante (terme un peu barbare !); comprenez des groupes locaux qui acceptent de déléguer un peu de leur pouvoir à un organe fédérateur, uniquement pour synchroniser de grandes actions collectives, ou pour des prises de décisions concernant un ensemble plus grand que le groupe qui délègue. En France on applique ce principe, mais sous sa forme inverse: descendante. C’est le gouvernement qui décide ce qu’il va déléguer aux régions, départements et villes, avec tout le résultat que l’on connait !

Nous souhaitons tous le changement, mais il se travaille, s’expérimente à petite échelle avant d’être appliqué plus largement, afin de ne pas reproduire les erreurs du passé indéfiniment. Ce travail est exactement notre raison d’être.

 

Autrement dit, dans l’action !

Ce processus n’a pas vraiment d’ordre, tout se fait en même temps, chaque point alimente l’autre:

1) La Transition personnelle est le point de départ de notre mission. Vous qui êtes en train de lire, à un moment dans votre vie vous vous êtes dit « on ne peut pas continuer ainsi, quelle sont les solutions ? ». Alors une quête d’informations a commencé et petit à petit votre vie change, influencée par ce que vous découvrez. Les films, livres et média citoyens sur le sujet ne manquent pas (la rubrique « inspirations » continuera à s’étoffer). Notre première tâche est de vous transmettre cette envie d’essayer autre chose, de ne pas tomber dans la fatalité du « on ne peut rien faire », mais plutôt de transformer ce découragement ou cette colère face à la situation en « c’est justement l’occasion de tout changer, de prendre du recul pour mieux refaire ».  Ce qu’il faut comprendre à ce stade c’est que pour changer le monde, il faut d’abord se changer soi même. Cela veut dire comprendre que le moindre Euro que l’on dépense est un choix politique, que nous sommes acteurs de la consommation et des modes de production qui en découlent. Cela veut surtout dire améliorer son comportement, prendre du recul sur soi et ses agissements, pour stopper cet individualisme et réapprendre à vivre en société. C’est cette action qui nous fera être efficace au sein d’un collectif.

2) Nous souhaitons ensuite réunir ces forces constructrices au sein de collectifs citoyens. C’est non seulement un exercice pour se réapproprier notre destin, notre pouvoir de décision, la démocratie, au moins à une échelle locale; mais c’est aussi la première étape de cette construction collective dont on a besoin. Les aspirations sont simples et à la portée de tous: jardins partagés, zones zéro déchets, give box, repair café … Alter Azur et ses partenaires aident les groupes à se structurer, à promouvoir et faire grandir leurs actions. Un citoyen qui est bien entré dans sa transition personnelle nourrira efficacement la vie du groupe. Et vice versa: le collectif apportera à l’individu ce à quoi il aspire, répondra à ses désirs personnels. La démultiplication de la force créatrice commence ici.

3) Ces collectifs créent ensuite les agents économiques dont ils ont besoin. Nous voulons une école alternative ? Trouvons une salle adaptée, faisons venir un enseignant formé aux méthode recherchées. Une épicerie sans emballage ? signons une pétition prouvant que 800 futurs clients sont demandeurs, négocions avec la mairie un bail sans impôts locaux pendant 5 ans, et parmi nous il y a peu être d’anciens commerciaux au chômage qui seront ravi d’utiliser leurs compétences autrement. Nous voulons mettre les acteurs en synergie ? Organisons une sortie de l’école alternative à l’épicerie vrac, en donnant aux enfants un petit budget, pour les sensibiliser au « Zéro Déchets » et leur apprendre à consommer responsable. Nous avons quelques idées que nous propulsons, mais nous avons hâte d’entendre les vôtres ! C’est à cette étape que l’écosystème se dessine, que l’on commence à réfléchir à un nouveau contrat social.

4) Les citoyens les plus avancés se lancent dans la construction d’écolieux. Les individus habitent et / ou travaillent ensemble. Non seulement ça coûte moins cher (économie d’échelle), c’est plus écologique (mise en commun des moyens de productions énergétiques, locaux et indépendants, permaculture…), mais c’est avant tout un choix de vie qui renforce les liens sociaux, intergénérationnels, le partage, l’échange de compétences… Ces lieux deviennent les meilleures vitrines du changement en cours au sein de notre société. Il s’agit pour y arriver de favoriser la naissance d’un écosystème quasi inexistant dans le 06: faire travailler ensemble constructeurs écologiques, agents immo ESS, groupes-projets de particuliers, archi, urbanistes, lobbyiste élus pour être le plus efficace possible dès qu’une offre se présente à nous. Lire plus sur nos modèles d’éco-lieux.

5) Le but ultime: nous expérimentons sur le terrain un nouveau modèle sociétal. Inspirons nous de ce qui a fonctionné ailleurs ou par le passé, réinventons certains systèmes. Là encore quelques concepts sur lesquels nous avançons dès maintenant, mais nous attendons surtout vos idées. On pense à une monnaie locale complémentaire (MLC) avant tout éthique avec un choix des acteurs qui y participe, une mutuelle / caisse collective interne, plus transparente et pouvant parer à des Transitions personnelles (ex: 10 personnes soutiennent financièrement une personne qui migre vers un travail plus éthique, tout le monde se connait et un lien moral existe), un système de redistribution directe, où des activités informatiques à haute valeur ajoutée pourraient par exemple financer l’agriculture, noble mais durement rentable. En clair inventer ou améliorer tout ce que notre société actuelle fait mal, voire pas du tout. Au boulot !

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter notre mind map (carte mentale) pour voir comment nous organisons cet écosystème. Elle est en grand chantier actuellement mais vous donnera une idée de ce que l’on met en place.

Un des buts d’Alter Azur ? Faire pousser des collectifs citoyens dans tout le département !

Les collectifs citoyens

Encore plus de concret ? Découvrez et prenez part à nos actions en cours ou à venir !

Toutes nos actions
Que vous soyez riche ou dans le besoin, il y a 100 façons de nous aider. Découvrez lesquelles.
Nous soutenir
Ce que l’on dit là résonne en vous comme une évidence, vous voulez prendre part à cette belle aventure ?
Nous rejoindre

Suivez-nous

100 idées pour nous aider #3, likez et suivez nos pages sur:

Soutenez Alter Azur

100 idées pour nous aider #1
En donnant / adhérant à Alter Azur, vous participez à des projets concrets, à côté de chez vous (give box, jardins pédagogiques…), vous créez des emplois locaux (Agence de Com' Sociale et Solidaire, weAGO!RA…), vous développez des éco-lieux éthiques et durables (Maison de la transition, éco-village Ré-évolution), vous aidez au fonctionnement du collectif citoyen (site web, évènements…)… Votre don / adhésion est défiscalisé, vous choisissez ce que finance vos impôts. Tout le monde peut proposer des idées, prendre part à notre gouvernance, avoir accès à nos comptes, rencontrer des humains fantastiques et leurs projets. Prêt ?

Don / Adhésion

Partagez Alter Azur

100 idées pour nous aider #4, parlez en autour de vous, sur les réseaux sociaux:

facebook  twitter  googleplus  linkedin  pinterest  tumblr  blogger email

Alter Azur construit le nouveau monde !

Alter Azur construit le nouveau monde !

Alter Azur est vivant, le projet se précise et les pages se réécrivent en permanence. Certains détails ici présents peuvent ne pas être à jour. Restez au courant de nos avancées en vous abonnant à notre newsletter.

Félicitations ! Votre souscription est confirmée !